La formation est une activité généralement associée aux aspects les plus complexes de la vie. Il est effectué afin de préparer les meilleurs cadres et dirigeants politiques du monde entier. Il est également effectué afin de produire une force d’élite qui garantira le bien-être d’une nation. Mais parfois, au milieu des complexités de la vie, les choses simples sont celles qui font vraiment sourire. Enquêtons.

C’est en 1932 qu’un psychiatre allemand, Johannes Schultz, a eu l’idée d’une technique de relaxation appelée entraînement autogène. Cette technique s’articule autour de séances d’entraînement à effectuer quotidiennement pendant environ 15 minutes. Les séances ont généralement lieu le matin, à l’heure du déjeuner, puis le soir.

L’essence de chaque séance réside dans la répétition d’une série de visualisations qui amèneront le praticien à un état de relaxation induit. La position de chaque séance peut être modelée sur une série de postures recommandées, qui peuvent aller de la position assise comme une poupée de chiffon à la position allongée. On dit que cette technique est applicable pour lutter contre les troubles psychosomatiques liés au stress en entreprise.

Plusieurs effets du training autogène ont été constatés. Il a la capacité de rétablir l’équilibre entre l’activité des aspects sympathiques et parasympathiques du système nerveux autonome. Cela présente des avantages importants pour la santé, car le mécanisme parasympathique prend le contrôle de la digestion et du transit intestinal. Il favorise également le fonctionnement optimal du système immunitaire tout en abaissant la pression artérielle et en ralentissant le rythme cardiaque. Il est toutefois important de souligner que ce type d’entraînement est contre-indiqué aux personnes souffrant de certains troubles cardiaques et de troubles psychotiques.

Ce mécanisme d’entraînement a fait l’objet de diverses vérifications cliniques, bien avant ses débuts en Allemagne, au début des années 80. En 2002, une méta-analyse de 60 études a été présentée dans Applied Psychophysiology and Biofeedback. Elle abordait les résultats positifs pertinents de nombreux diagnostics associés au training autogène. Les résultats indiquent également que les effets documentés peuvent être comparés à ceux des thérapies concurrentes recommandées, mais avec un coup de pouce supplémentaire concernant la vision de la vie des patients.

Depuis ses débuts en Allemagne, le training autogène a atteint les principaux pays de la planète. C’est au Japon que quatre chercheurs du Tokyo Psychology and Counselling Service Center ont fait des efforts pour mesurer l’efficacité clinique de cette méthode de formation. La technique a également gagné en popularité auprès des praticiens nord-américains, notamment Wolfgang Luthe. C’est Luthe qui a fermement indiqué que le training autogène est une méthode puissante et qu’elle ne devrait donc être utilisée que par des professionnels qualifiés.

Comme l’affirment Luthe et Schultz dans leur ouvrage de référence, il faut plus d’un an pour apprendre le training autogène et plus d’un an pour apprendre à l’enseigner, ce qui est très courant pour d’autres techniques importantes comme le yoga et la relaxation progressive. Malgré ce fait, certains praticiens du biofeedback ont transformé les composants de base de l’imagerie autogène et en ont établi une version simplifiée qu’ils ont combinée avec des composants du biofeedback. C’est ce qu’ont fait Joe Sargent, Dale Walters, Elmer Green, Patricia Norris et Steve Fahrio à la fondation Menninger en intégrant la méthode de réchauffement des mains du training autogène au développement du biofeedback thermique.

author image

À propos de Povoski

Vous pourriez aimer aussi...

parrainage
pme
Agence web
Qu’est-ce qu’un référenceur de site web ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *